La CSC

Élections sociales:la CSC en tête à Bruxelles et en Wallonie

Élections sociales: la CSC en tête à Bruxelles et en Wallonie aussi
Les élections sociales 2016 ont livré leurs verdicts. De nouveau, la CSC obtient la majorité absolue, avec près de 56% des sièges dans les conseils d’entreprise (CE) et près de 58% dans les comités pour la prévention et la protection au travail (CPPT) au niveau national. À l’échelon wallon aussi, la CSC garde la majorité absolue. Tandis qu’à Bruxelles, la CSC reste de loin le premier syndicat, même si la majorité absolue lui échappe de peu. Tour d’horizon par fédérations CSC.

Brabant wallon
La CSC du Brabant wallon reste largement la première force syndicale de la province. Dans les CPPT, elle accuse un léger tassement du nombre de ses mandats, mais elle pénètre dans des secteurs où la mobilisation est difficile, comme celui des titres-services. De nombreuses actions conviviales, comme la distribution de frites aux travailleurs, ont été menées dans des entreprises et institutions. Le slogan «Les verts mettent le paquet» a retenti aux quatre coins de la province. Parmi les nombreux bons résultats, il faut épingler la victoire historique chez NLMK Clabecq où la CSC est devenue la première famille syndicale. La CSC a également engrangé de belles victoires dans l’enseignement (collège Saint-Etienne/collège des Hayeffes, UCL), dans les institutions hospitalières (Chirec, hôpital Saint-Pierre d’Ottignies, hôpitaux de Nivelles-Tubize), dans le secteur non marchand, dans la chimie (Firmenich), dans le papier (Idem Paper), dans l’alimentation (Mamma Lucia) et dans le métal (Twin Disc).

Bruxelles-Hal-Vilvorde
À Bruxelles, la CSC reste le premier syndicat (autour de 48%), malgré un taux de pénétration de la CGSLB plus grand qu’en Flandre et en Wallonie, et réalise de beaux résultats dans certaines entreprises et secteurs. La CSC remporte une victoire historique chez le chocolatier Godiva. Elle obtient la majorité absolue avec environ 85% des sièges chez les ouvriers et les employés, contre 30% en 2012. «C’est le résultat d’un travail de fond que nous avons mené pendant quatre ans», explique Rachid Afia, délégué CSC. Les délégués CSC du Brussels Grand Hôtel Steigenberger, un des plus prestigieux hôtels en Belgique, remportent également les élections. Durant un licenciement collectif fin 2013 et suite à celui-ci, l’équipe CSC de l’hôtel a toujours pris ses responsabilités en défendant tous les travailleurs. Aux Cliniques universitaires Saint-Luc, la CNE obtient la quasi-totalité des mandats. Chez Audi, qui était un bastion rouge, la CNE et l’ACV-CSC-Metea prennent la majorité.

Charleroi-Sambre et Meuse
Sur le territoire de la fédération CSC de Charleroi–Sambre et Meuse, les élections sociales ont été organisées dans 201 entreprises. La CSC y a présenté 2.203 candidats en CE et en CPPT. Globalement, elle enregistre un léger effritement avec 45,25% des sièges dans les CPPT et 46,09% dans les CE. Pertes d’emplois, fermetures d’entreprises ou entreprises qui ne sont plus dans les conditions pour organiser des élections: le nombre de mandats à pourvoir a diminué par rapport à 2012. Mais les centrales CSC enregistrent de belles progressions. Dans le transport et la logistique, tout comme dans l’enseignement (87 mandats en CE et 117 mandats en CPPT), la CSC est en progression et majoritaire. Notons également des victoires historiques comme chez Industeel, par exemple, où la CSC est majoritaire pour la première fois depuis 150 ans. À la Sabca, elle gagne deux mandats et reprend la majorité perdue depuis 26 ans. La qualité des équipes et le travail de long terme réalisé sont les raisons de ces succès.

Hainaut occidental
Dans le Hainaut occidental, la CSC reste le premier syndicat tant en CE qu’en CPPT: elle obtient 48,25% des mandats dans les CPPT et 48,45% dans les CE. «Nous avons tous diminué en nombre de mandats parce que moins d’entreprises ont participé aux élections sociales, soit pour cause de fermeture, soit pour raison de diminution du nombre de travailleurs: cinq entreprises en moins pour les CE, quatorze entreprises en moins pour les CPPT», explique Michel Dorchies, secrétaire fédéral. «La CSC progresse très bien dans les entreprises où il y a eu des élections sociales en 2012: plus de 3% en moyenne. On est moins bon dans les nouvelles entreprises. Cela s’explique par le fait que, dans notre région, la FGTB a plus d’affiliés. Lors de premières élections, elle a donc plus de chances de l’emporter parce que les travailleurs votent sans avoir de regard sur le travail fait dans le passé. Le travail effectué par les permanents et les militants nous rapporte.» Satisfaction à noter pour la CSC-Transcom chez le groupe Dufour (containers, énergie, montage éolien), entreprise en plein essor: la CSC obtient les cinq mandats au CPPT et les cinq mandats dans les CE. Carton plein!
Liège-Huy-Waremme
La CSC de Liège-Huy-Waremme renforce sa première place en franchissant le cap des 50%, avec un total de 1.119 sièges (soit 50,25%) contre 988 pour la FGTB (44,36%) et 99 pour la CGSLB (4,45%). Une évolution se marque au fil des élections: à la fin des années 1970, la CSC liégeoise franchissait le cap des 30%; au début des années 1990, elle atteignait la barre des 40%; aujourd’hui, elle dépasse les 50%. La CSC réalise de belles victoires dans des entreprises emblématiques comme CMI, Coca-Cola, AB-Inbev, le CHC et Arcelor-Mittal où, pour la première fois, elle devient majoritaire. Elle fait des entrées remarquées dans des entreprises où elle n’était pas représentée, comme Edel, Avieta, Jac et Tac. Elle «performe» chez Skechers, Jost, TTS, PFS Web, Palifor, Europort et bien d’autres entreprises du secteur du transport et de la logistique, porteur d’avenir pour le pays de Liège. Elle continue à se distinguer dans l’enseignement et dans le non-marchand.

Luxembourg
En province de Luxembourg, la CSC, déjà majoritaire, remporte encore une belle victoire. Elle enregistre une progression globale de 0,36% avec 62,69% des voix. Dans les CE, elle obtient 169 mandats; dans les CPPT, 283. Fait remarquable dans la province: la CSC a investi beaucoup de nouvelles entreprises. Dans 16 entreprises sur 110 hors enseignement, elle est la seule organisation syndicale présente; si l’on inclut l’enseignement, où la CSC remporte de 98 à 99% des sièges, elle est seule dans 30 entreprises. La CSC remporte la totalité des mandats au Domaine de Beauplateau, le seul mandat chez Henneaux (à Vesqueville). Elle est également le seul syndicat présent chez Magolux et obtient un score historique chez Logirec.

Mons-La Louvière
À Mons-La Louvière, tous secteurs confondus, la CSC enregistre une hausse du nombre de ses mandats, tant dans les CE (+ 0,8%) que dans les CPPT (+ 2,69%). Le territoire de la fédération, avec une forte présence historique rouge, a pourtant connu de nombreuses fermetures, restructurations et délocalisations d’entreprises dans lesquelles la CSC était bien représentée. Malgré cela, la CSC engrange de belles réussites. Ces élections sociales ont été organisées dans 190 entreprises de la région. Et près de 1.500 personnes se sont portées candidates sous les couleurs de la CSC. Au total, plus de 9.800 travailleurs (pour les CE) et plus de 11.600 (pour les CPPT) leur ont fait confiance et ont permis à la CSC montoise de gagner 249 mandats dans les CE et 373 dans les CPPT. Elle renforce ainsi sa présence et remercie ses militants pour leur engagement. «Leur participation et leur implication renforcent l’organisation dans la défense des travailleurs et des allocataires sociaux, et soutient la CSC dans la construction du monde de demain et d’un avenir meilleur», insiste Jean-Marc Urbain, secrétaire fédéral.

Namur-Dinant
La CSC reste la première force syndicale dans la région Namur-Dinant, tant dans les CE (58,57% des mandats effectifs) que dans les CPPT (55,73% des élus effectifs). Tout au long de ces élections sociales, la fédération a mis l’accent sur la visibilité de ses candidates, et elle est fière d’être le syndicat qui a placé le plus de femmes sur ses listes, et le syndicat qui a le plus grand nombre d’élues. Autre motif de satisfaction: pendant la procédure, aucun recours n’a été déposé au tribunal du travail, ce qui prouve que le dialogue social fonctionne bien. Quelques résultats remarquables parmi d’autres: la CSC remporte deux mandats chez Tilman à Baillonville, conforte sa majorité chez AGC, confirme sa première place dans les hôpitaux de la région. Elle enregistre aussi de très beaux résultats chez ADMR (Aide à domicile en milieu rural). Enfin, c’est le syndicat qui obtient le plus de voix dans les entreprises de l’industrie alimentaire.

Verviers et région de langue allemande
La CSC reste largement majoritaire dans la région de Verviers. Dans les CE, elle a récolté 66,07% des voix. Elle obtient une large majorité dans le collège francophone avec 58,26% des voix, et elle explose ses scores au collège germanophone avec 82,56%. La victoire est encore plus forte dans les CPPT où la CSC verviétoise obtient 66,73%. Le syndicat chrétien a plus de candidates élues qu’en 2012, mais un peu moins de mandats jeunes. Il faut noter que la progression des femmes est plus importante que celle des hommes, tant dans les CPPT que dans les CE, même si, au total, il y a moins de femmes que d’hommes. La CSC fait une belle entrée dans de nouvelles entreprises: Hexpol (chimie), Capaul (ACV-CSC-Metea) et RZKB (CNE). Et elle a obtenu de bons résultats chez Lovenfosse (CSC-Alimentation et services, quatre mandats sur cinq). Autre résultat remarquable: la CSC détient presque 100% des mandats du non-marchand en Communauté germanophone.