La CSC

Pour le maintien de la semaine de 38 heures!

Retenus par un élastique, des travailleurs tentent de courir jusqu’à la borne des 45 heures/semaine. Mais l’élasticité a ses limites… Telle était l’image utilisée par différentes centrales de la CSC, ce mercredi à Bruxelles, pour illustrer leur action en faveur du maintien de la semaine de 38 heures.
En cause: la réforme du travail préparée par le ministre de l’Emploi Kris Peeters sous l’appellation «travail soutenable», dont un des chapitres concerne la durée du travail variable. «Les travailleurs se font voler leur semaine de 38 heures par le ministre Peeters, explique la CSC. L’employeur décidera quand vous devez travailler 45 heures par semaine et si vous pouvez bien récupérer ces heures supplémentaires. Les travailleurs recevront un salaire inférieur, parce que, dorénavant, les employeurs pourront payer les heures supplémentaires comme des heures normales. Nous sommes loin du travail soutenable! Les employeurs, par contre, reçoivent une fois de plus un beau cadeau: la flexibilité gratuite et automatique via la semaine de 45 heures et des jours de travail de 9 heures.»
Pour la CSC, la semaine de 38 heures n’est pas à vendre. Pour le syndicat chrétien, les entreprises doivent faire face aux pics d’activité en engageant des travailleurs supplémentaires, et pas en exigeant de leur personnel qu’il preste des heures supplémentaires bon marché. «Nous avons besoin d’emplois soutenables du début à la fin de la carrière» dit encore la CSC.