La CSC

Diagnostic de la mobilité

Tous les trois ans, chaque établissement qui compte au moins 100 travailleurs doit transmettre un diagnostic de la mobilité de ses travailleurs au service public fédéral Mobilité. La dernière édition s'est clôturée en 2015 et le SPF Mobilité vient de livrer l'analyse collective de ces informations.

Que retenir de cette enquête ?

Les moins bonnes nouvelles
Entre 2005 et 2014, la diminution de l’usage de la voiture individuelle est finalement assez faible pour la Belgique (-1,2%) et est surtout le fait d’un transfert modal très important à Bruxelles (-16,8%). La part de la voiture seule est même en légère augmentation en Wallonie! En part modale, le covoiturage est en diminution dans toutes les Régions, en tout cas comme mode de déplacement principal. De nombreux facteurs peuvent expliquer et contrebalancer ces statistiques a priori peu encourageantes, mais c’est en tout cas une lente évolution des parts modales que l’on constate pour ce diagnostic.
Les bonnes notes dans les zones à forte densité de population
Les bonnes notes dans les zones à forte densité de population Sans surprise, ce sont dans les grandes villes que l’évolution de la répartition modale est la plus significative. L’augmentation de la congestion et la disponibilité plus grande des transports en commun expliquent sans doute ces constats qui sont vérifiés autant en Flandre qu’en Wallonie. Dans ces grandes villes, c e s ont l es t ransports publics qui profitent essentiellement de ce report bien que la part du vélo progresse également beaucoup. C’est à Bruxelles que les employeurs prennent plus de mesures favorisant la mobilité durable. Rien d’étonnant à cela puisque les entreprises bruxelloises sont tenues par une obligation de plans de déplacements.
L'article du Syndicaliste reprend les principaux enseignements du diagnostic fédéral mobilité partagez vos expériences avec vos délégués, peut-être est-il opportun de mettre ce point à l’ordre du jour de la concertation dans votre entreprise !