La CSC

Sans emploi = sans droit? Non!

À l’occasion du recours intenté par la Ministre Marghem contre la visite inopinée d’un agent de la CSC à son domicile, les Travailleurs Sans Emploi de la CSC réitèrent leur condamnation contre cette mesure qui n’a d’autre objectif que de stigmatiser et humilier les sans-emploi.
En effet, si même une Ministre n’a pas pu supporter la surprise d’une parodie déclarée, que penser de la situation d’une personne sans emploi qui vit déjà dans le stress quotidien du contrôle de sa disponibilité, de la dégressivité de ses allocations et des risques de sanctions et d’exclusion ?
La loi prévoit que le contrôle du domicile démarre à partir d’une facture de consommation de gaz et/ou d’électricité anormalement basse ou élevée alors qu’on sait que les personnes les plus précarisées économisent soit au maximum sur les charges (surtout quand le loyer est élevé) ou alors ont des logements très énergivores à cause du manque d’isolation et ont de ce fait des factures plus élevées.  
Nous n’avons de cesse de le répéter : c’est aux causes du chômage  et non aux personnes déjà privées d’emploi qu’il faut s’attaquer.     
Les gouvernements doivent réduire le taux élevé du chômage structurel plutôt que stigmatiser ceux-là même qui en sont les victimes.

Le vrai problème, c’est : le manque d’emploi.    

La Belgique multiplie le contrôle des sans-emploi et les sanctions, alors que les allocations avoisinent le seuil de pauvreté.
Si par ce recours, la Ministre Marghem nous apprend combien il est désagréable d’être dérangé à l’improviste à son domicile , imaginez-vous combien la visite peut être perturbante quand elle consiste en une perquisition.
Les Travailleurs Sans Emploi rappellent que la Constitution belge consacre, dans son article 15, la garantie de l’inviolabilité du domicile, dénoncent cette mesure et exigent son retrait immédiat.

Faites le Quizz de printemps et testez vos connaissances face à la « l’exclusion » des plus faibles

Infos : Khadija Khourcha - Pour les Travailleurs Sans Emploi de la CSC - 0473 495 903