La CSC

Entreprises "enfants admis": ça avance... lentement

Horaire adapté, coaching et services divers: certains employeurs prennent des initiatives pour faciliter la vie des femmes enceintes et des jeunes parents. 
L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH) est un organisme qui enregistre les plaintes pour discrimination fondée sur le sexe ou le genre. Son rôle est également d’informer et conseiller les victimes, entamer une médiation en leur nom et même aller en justice. Comme chaque année, l’Institut a fait le bilan des signalements et plaintes reçus au cours de l’année. En un an, l’IEFH a enregistré 50% de plaintes en plus (318 en 2016, contre 214 en 2015). Sans surprise, la grosse majorité proviennent de nouveau de femmes qui signalent des situations discriminatoires dans le contexte du travail.
«Tout le monde connait l’exemple classique de la femme qui est licenciée en raison de sa grossesse, explique Michel Pasteel, directeur de l’IEFH. La discrimination sur le marché du travail peut toutefois prendre différentes formes: une femme peut se voir refuser un poste parce qu’elle a un enfant et que l’employeur estime qu’elle ne sera pas assez flexible; elle peut reprendre le travail après son congé de maternité ou un congé parental et découvrir que son remplaçant conserve son poste; elle peut être licenciée en raison de nombreuses absences dues à une grossesse difficile, ou encore ne plus être traitée comme un membre de l’équipe suite à sa demande de temps partiel. Sans parler des femmes moins bien rémunérées que leurs collègues masculins alors qu’elles exercent les mêmes tâches, ni des femmes discriminées en raison de leur sexe lorsqu’elles essaient de briser le plafond de verre

Les exemples à suivre

Il y a en effet encore énormément de travail à faire dans ce domaine… Et peut-être qu’un bon moyen est, non pas de stigmatiser, mais de mettre en évidence les exemples à suivre. Voici tout juste un an, l’ASBL Amazone lançait dans cet esprit une campagne et un label: l’entreprise #EnfantsAdmis, avec un slogan optimiste «Happy parents, happy employees, happy employers».
Cette campagne a été l’occasion de recueillir et valoriser une série d’initiatives qui peuvent être source d’inspiration pour d’autres employeurs. Sur le site de la campagne, une large place est consacrée aux témoignages.
Pointons encore cette réflexion des managers de la banque BNP Paribas, pour qui la maternité, du point de vue de l’entreprise, est aussi une opportunité, car elle développe chez les employées «des compétences d’organisation, mais aussi de leadership». Un argument de poids à souffler à l’oreille des employeurs…
Article paru dans L'Info