La CSC

Les flexi-jobs menacent les emplois fixes et à temps plein

ca n'va nin
Pour être flexi-jobeur, il faut être occupé à 4/5 chez un autre employeur ou être pensionné. Le travailleur signe un contrat sans savoir combien d’heures ou de jours il devra se mettre à disposition de l’employeur. 
Quant au salaire horaire, il est inférieur au salaire minimum sectoriel, et pas de droit automatique aux autres avantages financiers du secteur (primes syndicales, primes de fin d’année,…). Et tout cela au détriment de la sécurité sociale de tous les travailleurs: une cotisation limitée de 25% est payée à l’ONSS, alors que ces travailleurs bénéficient de droits sociaux…qui sont donc payés par d’autres personnes. 
Le système menace clairement les emplois fixes et les emplois à temps plein. Comme il revient nettement moins cher à l’employeur, celui-ci n’hésitera pas à recruter des flexi-jobeurs en lieu et place de travailleurs fixes, ou à proposer à des travailleurs à temps plein de passer à 4/5 pour leur faire prester 1/5 dans un autre point de vente. Et tant pis pour les souhaits des travailleurs et l’ambiance de travail qui va forcément se dégrader avec l’arrivée de ces travailleurs low cost. 
À coup sûr, il sera encore plus difficile pour les autres de garder leurs heures de travail, leur horaire et leur emploi…
Les flexi-jobs sont au centre de la nouvelle campagne de la CSC wallonne. Plus d’info https://www.csc-en-ligne.be/csc-en-ligne/Campagnes/Ca-nva-nin/Flexi-jobs.html