La CSC

Avoir un logement décent, c'est dans la constitution

Disposer d’un logement décent est un droit constitutionnel. Pourtant, les aînés et les jeunes ont de plus en plus de difficultés à avoir accès à un logement adapté à leurs besoins. Les Seniors CSC wallons et bruxellois s’emparent du dossier.
Les Seniors abordent une problématique chargée d’émotion: un logement, c’est une part de soi, de son existence, ainsi qu’en témoigne la synthèse poétique réalisée par les Seniors de Mons-La Louvière (lire ci-contre). Le logement, c’est aussi un thème d’alliance entre les générations: «Le problème de l’accès au logement se pose de manière particulièrement aiguë aux deux extrémités de la vie. Il se pose aux aînés surtout quand ils doivent faire face à des frais importants en raison d’une perte d’autonomie ou de charges imprévues, et n’ont qu’une petite pension, souligne Jeannine Martin, présidente de la CSC-Seniors. Il se pose aux jeunes qui veulent quitter le toit familial et devenir autonomes mais n’ont pas de revenus importants

Une grosse part du budget

Les situations sont différentes selon l’endroit où l’on habite. Le marché immobilier est différent à Bruxelles et en Wallonie. Et, désormais, le logement est une compétence régionalisée, et les politiques sociales du logement sont assez différentes selon les Régions. Malgré ces différences, les Seniors CSC wallons et bruxellois partagent un certain nombre de constats. D’abord, le coût du logement représente une part importante de leur budget à tous, surtout quand ils sont locataires. Les Wallons y consacrent entre 20% et 60% de leur revenu mensuel. À Bruxelles, où l’on dénombre 60% de locataires, la situation est encore plus tendue.

Les locataires plus précaires

La jouissance d’un logement est indissociable de son environnement. Nombreux sont les aînés qui dénoncent la disparition des commerces de proximité, des agences bancaires et même de certains services communaux dans les villages et les quartiers, au profit de centres commerciaux excentrés auxquels on ne peut accéder sans un moyen de déplacement, alors que les difficultés de circulation sont pointées partout. Les Seniors CSC ont fait appel à l’expertise des Équipes populaires (EP) et de la Fondation travail université (FTU) pour approfondir la problématique. Et ont analysé la situation des locataires qui, en plus des difficultés déjà mentionnées, connaissent des problèmes spécifiques: «La perspective d’une indexation, d’une fin de bail mettent la peur au ventre, remarque Thibaud de Menten, coordinateur des EP de Bruxelles. Sans compter que les aménagements dans le logement ne peuvent être réalisés sans l’accord des propriétaires. Il faut donc créer un espace de négociation entre eux

Un fonds des garanties locatives

Suite à la 6e  réforme de l’État, les compétences sur le bail d’habitation ont été transférées aux Régions. La Wallonie vient d’adopter un décret qui devrait entrer en vigueur le 1er septembre prochain, quand les arrêtés d’application seront prêts. C’est important. Encore faut-il en faire respecter toutes les dispositions en matière d’affichage écrit, durée, enregistrement, garantie, indexation, rupture, résiliation, droits et devoirs, réparations, sous-location, etc.